L’intérieur de l’abbatiale

Avant de rentrer dans l’abbatiale, il faut d’abord s’arrêter sur la porte de l’abbatiale et plus particulièrement sur son fronton :

Ici, nous pouvons admirer un cliché de la porte de l’abbaye avant la Seconde Guerre Mondiale.

Le fronton de la porte fait échos au thème de la fondation de l’abbaye d’après sa légende.

Il s’agit plus précisément de l’apparition de la Vierge Marie, au moine Roger, lors d’un songe de ce dernier, où la Vierge lui commande de créer une abbaye (en haut à droite de la tête du moine Roger) en un lieu qu’elle a choisi (Montebourg).

Franchissons maintenant ces majestueuses portes pour entrer dans l’église. La première chose que l’on remarque c’est la nef d’une grande pureté.

Cette impression résulte de la pierre utilisée ; en fait des pierres utilisées : pierre de Valognes pour les colonnes et pierre de Caen pour le reste du bâti. Cette dernière était utilisée pour toutes les grandes constructions anglo-normandes (comme le château de Caen et ses deux abbayes; la Tour de Londres, le Tower Bridge ; et de nombreuses églises et cathédrales dans l’Ouest de la France et le Royaume-Uni ; mais aussi le palais royal belge et la cathédrale Saint-Patrick de New-York).

La statuaire mérite aussi d’être évoquée, avec notamment, Notre-Dame de l’Etoile.

Sur cette photo, un élément nous est caché : La Vierge et l’enfant Jésus sont au dessus de l’abbaye, comme signe de leur protection.

Pour admirer la photo de la Vierge dans son entier, c’est ICI.

Enfin, et peut-être surtout, le tombeau de Richard de Reviers († 1107), considéré par une propagande habile de ses descendants, comme le fondateur de l’abbaye, bien que celui ne se soit jamais intitulé  comme tel. Son tombeau indique, pourtant, qu’il est le fondateur.

RICE DE REVIERS FUND[DATOR]


Advertisements
Cet article a été publié dans Abbaye. Ajoutez ce permalien à vos favoris.